Pont de la toussaint. Les travaux sur la bateau sont arrêtés depuis un mois en raison(s) de mon implication personnelle dans d'autres projets encore plus chronophages. Toutefois un après-midi de liberté m'a permis de remettre en place la dérive et d'essayer le relevage.

La dérive : Dérive

Le puits de dérive vu de dessous. On distingue bien (parmi les concrétions) l'axe de la dérive et au-dessus un morceau de zinc chiffonné qui obstrue la lumière et empêche la mise en place de la dérive (morceau de joue de protection ?). Axe de dérive et obstruction de la lumière du puits.

Puits de dérive par en dessous.

Une fois ce morceau de zinc extrait, il m'a été facile de remettre la dérive sur son axe. Un bout de relevage a préalablement été passé dans le puits depuis la cabine et attaché à la dérive.

Les essais de relevage ont été concluants : aucun frottement ne gêne le mouvement de la dérive. L'effort à produire est cependant suffisamment violent pour m'avoir coûté une séance chez l'ostéo (accroupi dans la cabine, le bout doit être tiré d'arrière en avant : relevage de la dérive Le bout de relevage frotte sur un épaulement arrondi en sortie de puits, en direction de l'épontille.

Dérive relevée, avec le capot en place, ça donne ça : Relevage de la dérive

Il faudra mettre en place un palan entre le puits de dérive et l'épontille pour faciliter la manoeuvre. Comme ça a dû l'être autrefois, comme en témoigne cette trace sur l'épontille : Épontille.

Ceci sera le point d'arrêt définitif des travaux pour 2009.